068b7ff343c824175d1b72b92aaf7dbe

Introduction:
Alors, aujourd’hui je vais essayer de vous donner quelques conseils pour vous aider à faire un bon scénario de manga.
Il y a de nombreuses différences dans la manières de travailler les scénario selon les types de média, ainsi, un scénario de bande-dessinée sera très différent d’un scénario de film ou même de roman.
De la même manière, il existe différentes spécificités selon les pays.
Ainsi le scénario et la manière d’aborder l’histoire d’une bande-dessinée Franco-Belge seront très différentes d’un comics Américain ou d’un manga Japonais.
Il n’y a pas vraiment de règles précises à connaître, mais quelques bases peuvent être utiles afin de ne pas tomber dans trop de pièges.
Pour ces conseils, je vais me baser sur ma propre expérience et sur le livre « le guide du scénariste » de Christopher Vogler que je vous conseille vivement si vous êtes intéressé par le sujet.

L’ébauche:
Donc, déjà pour commencer, bien entendu, il faut une idée d’histoire. Une base sur laquelle appuyer ensuite son scénario.
Pour l’ébauche de votre histoire, vous devrez vous faire une idée générale du personnage principal, de ses éventuels compagnons, du monde dans lequel vous situez ces personnages et de l’aventure qu’il vont vivre.
Ce sont là vraiment les bases d’un scénario.
Qui ?
Quoi ?
Avec qui ?
Où ?
A cela, il faudra rajouter ce que l’on appelle « un fil rouge », la raison pour laquelle les personnages font ce qu’ils font.
La réponse au : Pourquoi ?
Cela fonctionne avec tous les types d’histoire : Épique, Romantique, Science Fiction, Fantastique, Comique, Conte, Drame, Polar, Légende, Réaliste, Parodique….ect

Il vous faudra également évaluer la longueur de votre histoire.
Y a t-il beaucoup de péripéties avant de parvenir au but ?
Le chemin à parcourir est-il long et semé d’embûche ou relativement simple ?
Je vous conseillerais de commencer par ce que l’on appelle un One-Shot, une histoire courte afin de bien vous entraîner à créer des histoires complètes.
On est en effet facilement tenté de créer des histoires très longues, avec des péripéties sans fins.
Mais cela n’aide pas vraiment à progresser.
Encore pire, c’est le genre de projet, trop imposant, qui est sans cesse commencé mais jamais terminé.
Pour avancer efficacement, rien de mieux qu’un One-Shot.
Une histoire complète en 30 ou 40 pages.
En plus de la fierté d’avoir terminé un projet, vous aurez infiniment progressé et l’histoire suivante n’en sera que meilleure !
Une fois que vous maîtriserez cet exercice, vous pourrez vous lancer dans des histoires plus longues, voire, reprendre l’un de vos One-Shot pour l’approfondir en une série de plusieurs chapitres.
N’oubliez pas également que si vous souhaitez faire du manga au Japon, il vous faudra présenter des One-Shot aux éditeurs qui décideront ensuite de vous publier (ou non) sur une série plus longue.
L’exercice du One-Shot est donc efficace sur de nombreux plans quand on veut faire du manga !

Comme il n’y a pas beaucoup de pages, pour faire un One-Shot il faut simplifier l’histoire au maximum. 40 pages, on a peut-être pas l’impression comme ça mais ça passe très vite.
Donc : Inutile de faire trop compliqué.
Cela est valable pour toutes les étapes de la créations du scénario, l’histoire, les personnages, les péripéties, etc doivent pouvoir être comprises en un nombre restreint de page.
Si vous vous lancez dans une histoire trop compliquée, avec trop de détails, vous ne parviendrez pas à tout expliquer et votre lecteur sera perdu, confus, voire même, ne comprendra pas du tout votre histoire.
De la même manière, si vous avez une histoire sur laquelle vous travaillez depuis longtemps, n’oubliez pas que votre lecteur lui ne connaît pas ces personnages et ce monde.
Il les rencontre pour la première fois, n’oubliez donc pas de les présenter comme il se doit !
Il faut également absolument éviter les private joke !
Ça peut paraître évident mais ça ne l’est pas forcément.
Quelque chose qui vous fait rire vous et vos amis, pourra, sans les références adéquates, laisser totalement de marbre votre lecteur.
Pire, le perdre totalement.

LE TITRE:

Le titre est un élément important de votre histoire, c’est par là que le lecteur va découvrir votre œuvre, il en sera la première impression
Il faut donc qu’il représente votre histoire et donne envie d’en savoir plus.
Soyez originaux !
Nous allons maintenant voir les différents éléments de l’histoire afin de les approfondir.
Le Monde
Connaissez-vous le monde dans lequel votre histoire va se dérouler ?
Est-ce que c’est le monde réel ?
Est-ce un monde fantastique ?
Futuriste ?
Quelles sont les règles de ce monde ?
Dans quelle partie de ce monde vos personnages évolueront-ils ?
Tant de questions (et bien d’autres) que vous devrez vous poser.
L’idéal dans une histoire est de définir une situation initiale qui évoluera avec l’avancée de l’aventure.
Il est important de découvrir le monde ordinaire du héros.
Ce qui fait sa vie avant l’aventure.
Grâce à cela, le monde extraordinaire, celui de l’aventure elle-même, n’en paraîtra que plus étonnant.
Essayez de toujours penser à la personne qui lira votre histoire quand vous la concevez. Mettez vous à sa place.
Tentez de savoir si tout est facilement compréhensible pour quelqu’un qui découvre votre univers pour la première fois.
N’essayez pas de mettre trop de détail dès le début. Un monde est, comme un caractère, composé d’une infinité de détails qui se découvrent avec le temps.

Le personnage principal:
Le personnage principal est essentiel dans un manga.
Il doit être particulièrement bien travaillé.
Il a pour rôle de permettre au lecteur de s’identifier dans le Monde que l’on a créé, de le comprendre.
De ce fait, il doit absolument être compréhensible, logique, on doit pouvoir comprendre ses choix.
Il n’est pas vraiment envisageable de créer un personnage principal trop mystérieux.
Le personnage principal doit aussi avoir des faiblesses.
Il doit évoluer, apprendre, augmenter sa force, gagner en expérience au fur et à mesure que l’histoire évolue.
Ce n’est donc pas une bonne idée de créer un personnage principal trop puissant dès le début.
C’est là, l’une des principales différences entre le manga et la bande-dessinée Franco-Belge : Les personnages évoluent dans les manga.
Ils apprennent de leurs erreurs et mettent en pratique les enseignements qu’ils reçoivent.
Ils « grandissent » tout au long de leur aventure.
Passant d’un statut d’ »enfant » à un statut d’ »adulte ».
Votre histoire devra donc représenter cette évolution.

Si vous voulez créer un personnage puissant, classe et mystérieux, le meilleurs conseil que je puisse vous donner serait de l’accompagner d’un personnage moins puissant qui « découvre » le monde et qui fera aussi office de personnage principal. C’est donc grâce à ce deuxième personnage et à sa vision des événements que le lecteur pourra comprendre l’aventure.
Quels sont ses traits de caractère ?
Ses qualités ?
Ses défauts ?
Qui est-il ? Un homme ?
Une femme ?
Un animal ?
Comment s’appelle-t-il ?
Quelle est sa fonction dans ce monde ?
Comment passe-t-il ses journées ?
A t-il des amis proches ?
Une famille ?
Est-t-il heureux ?
Atteindra-t-il son but ?
Surmontera t-il ses faiblesses ?
Retiendra t-il les leçons qui lui sont données ?


Le personnage principal doit, tout au long de l’aventure, surmonter différents problèmes.
Ces problèmes viendront de l’extérieur (le monde, les autres personnages) et de l’intérieur (le personnage principal lui même).
Il faut donc que son caractère soit bien fixé.
Que vous sachiez comment il pourrait réagir à telle ou telle situation.
N’hésitez pas à vous mettre à l’épreuve en inventant des situations auxquelles vous devrez le faire réagir.
Ou même imaginer la manière dont il aurait réagit s’il avait été à la place de tel ou tel personnage de telle ou telle autre histoire.

Toriyama Akira dans « Apprenti Mangaka » conseille de donner à son personnage principal une ou des particularités.
Tics de langages, postures, particularités physiques (grain de beauté, cicatrices etc), style de vêtements etc
Le personnage principal doit être original et se distinguer facilement des autres personnages.

L’ANTI-HEROS:
Vous pouvez choisir également comme personnage principal ce que l’on appelle un « anti-héros ».
Un anti-héros n’est pas l’opposé du héros mais il est un héros particulier.
Il peut être un hors la loi, un marginal, un personnage qui serait perçu par la société comme un méchant.
Cynique, traumatisé, pas très sociable, pas aimable…
Tant de trait possible du caractère de l’anti-héros.

Les autres personnages:
Ce sont par exempte, les compagnons ou les ennemis du héros. Amis, personne rencontré au cours de l’aventure, animal mascotte, etc…
Pour écrire une histoire cohérente, il faut que vous réfléchissez à ces personnages dès le début.
N’hésitez pas à faire des fiches descriptives de leur caractère, de leur histoire, leurs goûts, etc afin de bien vous en souvenir pour la suite et ne pas créer d’incohérences.
Combien sont-ils ?
Sont-ils présent depuis le début de l’histoire ou le héros les rencontre t-il au cours de son aventure ?
Sont-ils en accord avec le héros ?
Suivent t-ils ses décisions ?
Quels sont leurs caractères ?
Leurs envies ou aspirations ?
Viennent t-ils du même monde que le héros
Quel est leur place dans le monde d’où ils viennent ?

LES COMPAGNONS:
Il existe différents types de compagnons pour un héros, mais un héros sans compagnons est très rare.
Il faut savoir que, d’un point de vue technique, le compagnon permet au héros d’avoir quelqu’un à qui parler, quelqu’un avec qui partager ses sentiments.
Et cela aide énormément un auteur à faire passer les idées de son histoire de manière naturelle.
De même, des interactions permettent de donner un rythme au manga.
Il est possible de créer un personnage solitaire, mais il faut avoir conscience que cela donnera un manga très centré sur lui même, avec beaucoup de réflexion et d’introspection.
Un héros peut donc avoir un ou plusieurs compagnons, il peut également en rencontrer au cours de son aventure.

LES ENNEMIS:
Quand on pense aux autres personnages, on pense également bien sur aux ennemis qui vont se dresser sur la route de votre héros et de ses compagnons.
On est tenté de créer un personnage sombre et fondamentalement méchant.
C’est possible bien sur.
Mais n’oubliez pas que lui aussi doit avoir des faiblesses.
Et il doit avoir une raison de faire ce qu’il fait !
Pourquoi veut-il empêcher le héros d’attendre son but ?
Et quelle est sa place dans le monde que vous avez créé ?
Un ennemis réussi est un ennemis profond !
Quelqu’un qu’on peut comprendre aussi !
S’il est méchant sans aucune raison, simplement pour casser les pieds bon…
On perd un peu de profondeur quand même.

LES AUTRES:
Votre personnage rencontrera peut-être aussi des personnages qui ne sont ni avec lui, ni contre lui.
Des sages qui lui donneront des conseils (bons ou mauvais), des fous qui tenteront de le dévier de sa route en lui en présentant de nouvelles.
Il vous faudra donc mettre en scène de nombreux personnages avec des caractères très différents dans votre histoire.
Il vous faudra tous les comprendre (histoire, motivations, objectifs, caractère, etc) afin de pouvoir les rendre crédibles et logiques.
Il est très important que vous maîtrisez vos personnages et que vous les gardiez cohérents, intéressants et originaux sous peine de perdre l’intérêt de votre publique.

L’Aventure:
Très bien, vous avez désormais un monde et des personnages qui évoluent dans ce monde.
Il est temps de parler aventure !
Quel type d’aventure va vivre votre héros ?
A ce niveau tout est possible et tout dépend du type d’histoire que vous souhaitez raconter !
Une histoire de combat, une histoire épique, une histoire romantique, une histoire d’horreur…
Tout est possible !

Posez vous les bonnes questions et sachez amener l’aventure de manière naturelle (ou comique si tel est le style de votre histoire!)
Il vous faut bien définir dans cette aventure, quel est le rôle de votre héros, son but (pourquoi participe t-il à cette aventure?), quelles est sa relation avec ses compagnons ?
Pourquoi eux-même participent-ils à cette aventure ?
Encore une fois, inutile de faire trop compliqué !
Et n’oubliez pas que tout doit être facilement compréhensible par le lecteur qui doit pouvoir comprendre pourquoi telle ou telle action se passe et pourquoi tel ou tel personnage réagit de cette manière !

Conclusion:
Je vais m’arrêter là pour aujourd’hui !
Il reste encore de nombreux éléments à connaître pour la création d’un scénario mais nous avons déjà vu une bonne partie des bases.
Si cela vous a plu, nous verrons la suite dans un prochain article !
Je ne vous retiens donc pas plus longtemps et vous laisse à vos crayons !
Si vous avez des questions ou des suggestions, ou simplement si vous voulez dire un mot, postez un petit commentaire !
Et si vous avez besoin de conseils plus précis, n’hésitez pas à vous inscrire sur le forum, on vous répondra avec plaisir !
Bon courage dans la création de votre manga !

Merci a Leaelyn

Source: emangaka